Foutebol
   

DJ Zebra Live au Stade de France !

"Il faut déringardiser la musique dans les stades"


Il est en live au Stade de France pour animer la finale de la coupe de la Ligue et "déringardiser" la musique dans nos stades. Vaste chantier. Mais que ce soit sous les noms de DJ Zebra ou Zebramix, il a construit depuis plusieurs années un univers unique à base de bootlegs (ou mash-up) et d’énergie rock. Son parcours, mené sans concessions hors de l’industrie du disque, l’a imposé comme un acteur majeur du paysage musical français. Exclusivité Foutebol, interview d'un DJ pas comme les autres.


DJ Zebra Live au Stade de France !
- Lors du dernier festival des Vieilles Charrues, on t'a vu accompagné de joueurs de cornemuse et de biniou. C'était super original. D'où t'est venue cette idée ?
DJ Zebra : C'est une question de rencontre. Quand j'ai joué aux Vieilles Charrues en 2008, j'avais comme intro la marche impériale de Star Wars. Je voulais absolument qu'il y ait quelques sonneurs qui jouent par-dessus. J'ai donc demandé aux Vieilles Charrues de me trouver deux cornemuses et deux bombardes, et ils sont venus à 15 (rires). Le bagad de Carhaix a montré un réel enthousiasme, et on a créé un spectacle entier pour les vingt ans du festival. Actuellement on entre en studio pour enregistrer notre album. C'est une belle histoire qui sera un peu mon avenir à partir de maintenant.



- Aux Francofolies 2010, tu es entré sur scène avec un maillot du Stade Rennais. Branché foot ?
A fond. J'y ai joué quand j'étais jeune en Picardie. Ensuite j'ai habité huit ans à Rennes. J'allais voir les matches du Stade Rennais au stade de la route de Lorient. Petit à petit ils m'ont amené à faire des évènements sur la pelouse lors des derniers matches de Ligue 1 en 2009-2010. J'ai reçu un maillot à mon nom, j'ai donné le coup d'envoi sur la pelouse, et je suis devenu un peu une mascotte artistique du Stade Rennais.






- Ton meilleur souvenir de Foutebol ?
Oh il y en a plein ! Pour parler récemment on va dire, dans les dix dernières années, mon moment de transe, c'est l'égalisation par Ribéry contre l'Espagne lors de la coupe du monde 2006. On n'y croyait plus vraiment, et Ribéry égalise ! Alors là il se passe un truc. Je me suis retrouvé, comme beaucoup de gens (j'en ai parlé autour de moi) à prier Saint Ribéry pour qu'il nous en mette un deuxième. Ça reste un très très bon souvenir, du moins émotionnellement. C'était fort.

- Le pire ?
Pareil, y en a plein. Des matches de merde. La dernière fois que j'ai joué sur la pelouse du Stade Rennais avec le bagad de Carhaix, un de ses plus mauvais match de la saison. C'était contre Nancy, qui a gagné 2-0, dont un but de Féret qui a rejoint Rennes depuis. C'était minable et j'avais presque honte de faire un spectacle après ça.

- Foutebol a du mal à dissocier foot et musique. On pense que les émotions que procurent un concert sont très proches de celles d'un match de foot. Ton avis sur la question ?
J'en ai parlé avec des footballeurs. Ils n'ont pas vraiment la notion de plaisir quand ils jouent. Ils sont plus dans une notion de performance. Ils doivent faire gagner leur équipe. Leur concentration n'est pas du tout celle d'un artiste qui monte sur scène et qui est vraiment adulé. Les gens peuvent pardonner à un musicien ou un chanteur de faire un concert plutôt moyen, mais on ne pardonnera pas à un footballeur. Les émotions ne sont donc pas franchement les mêmes. Le point de raccord, c'est peut-être la clameur du public, quand le spectacle commence. Après, ça ne se passe pas du tout de la même façon. Musiciens et footballeurs ne ressentent pas exactement la même chose, je pense.

DJ Zebra Live au Stade de France !

- Récemment Phil Palmer nous a confié qu'il pensait ressentir les mêmes effets avant de rentrer sur scène qu'un footballeur avant de rentrer sur le terrain...
Non, je pense que c'est faux ça. L'adrénaline qui monte avant d'arriver sur scène ? Il faut bien situer les choses. Là on parle vraiment des grands spectacles, des grands concerts, quand on est attendu par le public. La majorité du temps, les musiciens ne sont pas attendus par le public, ils doivent au contraire essayer de les convaincre. C'est pareil pour un match de foot de CFA, où les gens sont là mais ne réagissent pas vraiment. Quand on parle de grands matches ou de grands concerts, je ne pense pas du tout que ça se passe de la même façon. Même au niveau des supporters. Les supporters de foot sont beaucoup plus critiques que les fans qui viennent voir un concert. Il faut vraiment faire un très très mauvais concert pour se faire huer, alors qu'un 0-0 qui peut faire gagner des points à une équipe, on le voit d'ailleurs avec le PSG, peut se solder par une bronca générale. Donc je ne pense pas que ce soit vraiment comparable. Par contre, moi j'aime bien mélanger musique et foutebol pour l'excitation. Il existe une nervosité ambiante, dans le rock notamment, qui est assez proche de celle qu'on retrouve dans les matches de foot .

DJ Zebra Live au Stade de France !
- On a vu que tu étais bassiste, guitariste, chanteur. Pourquoi être devenu DJ ?
Ben je suis multi-fonctions moi, je suis un robot multi-fonctions (rires). DJ c'est juste quand je passe des disques. Je le fais en radio depuis 20 ans. J'ai commencé à faire de la radio à peu près quand j'ai commencé à faire de la musique. Ça a toujours été conjoint et les deux se sont mêlés quand on m'a demandé de passer les disques que je passais en radio, dans des bars, des clubs, puis dans des festivals. Mais je me considère plus comme un musicien quand je m'exprime sur une scène. Même si j'ai des platines qui du coup sont juste un instrument parmi d'autres. Je préfère prendre la guitare. Je me suis servi des platines pour me faire connaître et ça a plutôt bien marché. Après DJ, c'est juste une de mes nombreuses fonctions. C'est une particule qui m'encombre un peu actuellement parce qu'elle est assez réductrice, mais je l'assume aussi pleinement.

- Tes préférences musicales aujourd'hui ?
De plus en plus des musiques de "rencontres". Des choses qui ne se font pas dans la musique industrielle, celles pour faire des albums où chacun pense d'abord à sa carrière, monter un groupe pour essayer d'en vivre. On est dans un côté un peu fonctionnel aujourd'hui dans la musique. Moi j'aime bien voir des projets, comme par exemple en ce moment un groupe belge qui s'appelle Zita Swoon. Ils sont partis au Mali, ils y ont fait une rencontre, ils savent très bien qu'ils ne vendront pas beaucoup de disques, mais c’est une super rencontre. Ce que fait également Damon Albarn aussi à travers Blur et Gorillaz.. Toutes ces collaborations avec des musiques africaines, c’est plutôt des choses qui m’interpellent. C’est plutôt dans ce genre d’expériences que je recherche les inspirations, beaucoup plus que dans les musiques électroniques que je trouve un peu trop formatées.



DJ Zebra Live au Stade de France !

- Si tu avais un message à faire passer aux internautes qui vont lire et écouter cette interview ?
Moi c’est plus un message aux clubs. Pour qu’ils déringardisent la musique dans les stades. Trop souvent on entend des trucs de beauf, c’est vraiment des musiques grand public, ultra digérées, ce n’est pas très inventif. J’aime bien qu’il y ait des clubs qui essaient de penser à ça, de penser à des ambiances musicales différentes. J’ai toujours pensé que mon bootleg avec Joey et Star Wars, pouvait être une intro dans un stade pour faire rentrer les joueurs. Et éviter les trucs disco, rock de base, un peu naze quoi. Donc voilà, c’est ce que j’ai envie de partager.

- Ton bootleg préféré ? Nous c’est Star Wars avec Joey Starr + Daft Punk.
Ben oui (rires), je pense que c’est mon coup de génie quelque part ce truc là. Ça m’a porté chance. Je l’ai interprété de tellement de façons différentes. Avec des cuivres, des cornemuses. J’ai même fait des mises en scène avec des soldats de l’Empire. Il y a eu plein de vies avec ce bootleg là donc, forcément, c’est aussi mon préféré. Même encore aujourd'hui.

- Pour terminer, comme c'est le jour du Loto des Mamies: un petit pronostic. Jusqu’où ira la France à l’Euro 2012 ?
Ben je les sens bien. Je les sens bien parce qu’il y a plein de nouveaux joueurs qui ont été testés cette année, qui vont vivre leur premier championnat d’envergure avec l’équipe de France et qui peuvent faire la différence. Comme Ribéry, pour revenir à lui, qui en 2006 avait boosté toute une équipe. C’était peut-être l’étincelle qui manquait à Zidane pour faire une super coupe du monde. Il suffit de joueurs comme Giroud, s’il est sélectionné, je pense qu’il le sera, même comme Martin qui fait une mauvaise saison avec Sochaux mais qui peut être très bon en équipe de France. Et derrière tout ça, toute une équipe qui va être portée. Je pense que ça peut le faire, que ça peut aller au moins jusqu’en finale.

- Et le Stade Rennais ça peut le faire ou pas ?
Ouais, ouais là ils reviennent. S’ils ne prennent pas autant de buts que l’an dernier ça va le faire. Mais quand même j’aurais tendance à souhaiter que Montpellier soit champion parce qu’ils le méritent. Je trouverais ça bien, au moins pour ne pas que le PSG soit champion, ça me dégoûterait trop que le PSG prenne le titre.


DJ Zebra Live au Stade de France !
--- ZEBRA ACTU : Zebra a rejoint l’équipe du Lab.Ô, une émission culturelle et décontractée animée par Sébastien Folin sur FRANCE Ô (canal 19 de la TNT). Il y fait une chronique musicale, chaque semaine, en rapport avec un des invités de l’émission. Après Yves Boisset et Zebda, il sera bientôt face à Titi Robin (10/02), Alexandre Duhamel (15/02) et Shaka Magic Ponk. « Le Lab.Ô », c’est tous les soirs de la semaine dès 22h05 (rediffusion à 11h25).
Crédit photo : Facebook Fan Page Zebramix

DJ Zebra Live au Stade de France !

Arthur Gilbert - 14/04/2012 - Lu 863 fois



Tous les commentaires
Nouveau commentaire :
Twitter